DECONSTRUCTION CIRCULAIRE

66, rue d’Etigny à Pau. Achetée en 2013, cette ancien entrepôt, transformé en 1999 en restaurant, a été totalement déconstruite par l’architecte Raphaël Fourquemin dans le but de réutiliser les matériaux dans la construction de sa maison.

> Extrait de l’article du webzine Bel Ordinaire : Six mois de démolition ont permis de trier, pour les être utilisés plus tard, cloisons de placoplatre, vis, fils électriques, bois de charpente, plancher, fenêtres, portes, métal des hottes de cuisine, etc... Tout n'a pas pu être exploit, mais une bonne partie des déchets de la démolition a été réutilisée dans la nouvelle construction. Attention ! « réutilisée et non recyclée » car le recyclage, apprend-on, coûte cher alors que le réemploi est gratuit.

On peut donc « construire autrement » aujourd'hui. L'évidence était tellement aveuglante qu'elle empêchait de voir ce que la visite commentée révèle. Certains créateurs et philosophes ont déjà déjà montré que la démarche de déconstruction n'est pas fatalement négative et qu'elle peut conduire à l'ouverture de possibles. C’est ainsi que cette maison (où il doit faire bon vivre) de Raphaël Fourquemin permet aussi de réconcilier des enjeux techniques, économiques, esthétiques avec la dimension écologique et solidaire à travers une aventure qui a duré trois ans.

Monique Larrouture Poueyto (www.belordinaire.agglo-pau.fr)

Le domaine du Castel Forgues a débuté un projet de déconstruction circulaire en partenariat avec Raphaël Fourquemin. Sur les terres du domaine une maison familiale inhabitée depuis 5 ans car elle a été classée « ruine », fait l’objet d’une étude pour être déconstruite pièce par pièce, stockée, comptabilisée afin d’être réutilisée pour une nouvelle construction. Les étapes et process de déconstruction vont êtres soigneusement analysées et répertoriées aussi bien par l’architecte que par les élèves de l’école de Beaux Arts de Pau, pour le projet comptera dans leur note de fin d’études.

Le chantier commencera dès les beaux jours du printemps 2018 et ne se terminera que dans une durée pour l’instant estimée à 2 ans.

L’intérêt d’un tel chantier est de revaloriser les matériaux sans les recycler mais en leur donnant une seconde vie dans leur réutilisation à la construction d’un tout autre bâti. Les observations, notes, chiffres et autres études serviront de support à ce nouveau volet de l’économie circulaire écologique concernant le bâtiment.

Le choix du futur bâti n’est pas encore arrêté, mais des idées sont en marche comme celle de construire un lieu de vie pour retraités ou une maison pour tous... A suivre !